rejoignez-nous sur

* * * * * * *

vous aimez
WATMIL-the-MAG
vous allez adorer
WATMIL-the-BAND

  

x

* * * * * * *

 

 


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share |

Rencontre avec Botibol, un poète des temps modernes.

Croulant sous le travail, je n'ai malheureusement pas pu rencontrer Vincent Bestaven alias Botibol, c'est donc par mail que nous avons réalisé cette interview. Quoi qu'il en soit, le jeune homme a répondu à mes questions avec une poésie, qui m'a séduite tout comme son album «Born from a shore».

Watmil-the-Mag : Quels sont les premiers échos pour votre album ? Et comment vous sentez vous ?

Botibol :
En premier lieu, des bons retours de mes proches, de bonnes chroniques presses et radio ensuite, et puis surtout des concerts enrichissants un peu partout en France.

W-t-M : Comment décririez-vous votre album ?

B : C'est un album de pop, fruit d'un ballotement entre la terre et la mer, les îles et la France, la mort et l'amour, le dépouillement et la richesse, la mélancolie et la joie.

W-t-M : Racontez-moi un peu votre rencontre et votre partenariat avec « Hip Hip Hip » ?

B : Ils m'ont écrit après avoir eu un exemplaire de mon premier EP entre les mains, un disque enregistré dans mon studio d'étudiant. On a commencé à envisager une collaboration. Ils m'ont invité à venir jouer pour une soirée sur Lille où figuraient tous les groupes du label. De là, on a programmé un enregistrement six mois plus tard, à Clermont Ferrand, avec Pascal Mondaz... Et le disque est sorti en Février dernier.

W-t-M : Qu'est ce qui vous a donné envie de faire de la musique?

B : Parmi toutes les activités, professionnelles ou non, c'est celle qui me procurait le plus de plaisir et qui bénéficiait des meilleurs retours. Elle s'accorde aussi bien avec une espèce de bouillonnement intérieur, qui est parfois difficile à concilier avec d'autres métiers.

W-t-M : Comment décide t on de devenir chanteur et musicien ?

B : Au départ c'est un moyen d'expression assez simple et direct. Pour ma part des écoutes accidentelles de proches m'ont poussées à aller plus loin, et à envisager ça de manière un peu plus exclusive. Quoi qu'il en soit je ne pense pas que cette vocation diffère vraiment d'une autre, ni qu'elle soit meilleure ou moins bonne. Ca reste une activité artisanale.

W-t-M : Quelles sont vos influences musicales ?

B : Mes influences sont tout autant des expériences de vie, des impressions, des visions, des films, que des musiques. On peut faire des rapprochements de ma musique avec des choses actuelles comme Fleet Foxes, Sufjan Stevens, Grizzly Bear, Sandro Perri.... C'est plus une histoire de background commun et de génération, je pense... Ces groupes peuvent servir de déclic à l'envie de composer, certes, mais je suis également influencé par mes premières écoutes de cassettes sur baladeurs (des trucs plus ou moins avouables, Police, Genesis), par les musiques qui m'ont marqué étant enfant lors de longs trajets en voiture, par des films comme Paris Texas, ou tous ceux de Werner Herzog par exemple...

W-t-M : Se retrouver en finale du Prix Chorus 2011, ça fait quoi ?

B : C'est agréable d'être sollicité pour participer à ce genre d'évènement, ça donne une légitimité officielle au projet. Concrètement cela permet de nouer des contacts, de trouver des dates de concert... Sur le plan personnel et artistique, je ne pense pas que la compétition ait sa place en musique, c'est quelque chose d'assez étrange à vivre. Mais ça reste une expérience enrichissante.

W-t-M : Si l'on devait n'écouter qu'une seule chanson de votre album, laquelle nous conseilleriez-vous?

B : Tout dépend du contexte. Si vous vous apprêtez à partir en vacances, à la plage ou ailleurs, Friends ou We Were Foxes.
Si vous vous levez le matin, en ouvrant les volets de votre chambre, Walk Slowly.
S'il est tard et que vous venez de regarder les infos à la télé, Oh Son.
Si vous êtes en voiture, peu importe le trajet, Through The Mountains.

W-t-M : Quelle est la chose la plus folle, que vous ayez fait pour la musique?

B : Ne pas dormir, boire des litres de café, boire des litres d'alcool, ainsi de suite, conduire des heures, crever à 140 sur l'autoroute, faire vœu de pauvreté, être loin de ceux que j'aime, mettre un coup de tête à ma guitare (involontaire, et c'est elle qui a gagné) !

Propos recueillis par Anne J.

 

(0) sujets   

 
Ajouter un sujet : (* Champ obligatoire)
Titre (*): Nom / Pseudo(*):E-mail:

Partagez vos documents:


 

 

Ce site est dédié aux amoureux du bon vieux Rock !

Et pour tous ceux / celles qui ont vu « Good Morning England »,

tous en chœur :

ROCK & ROLL  ! ! !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mentions légales et conditions générales d'utilisation | Contactez-nous

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Création de Sites Internet