rejoignez-nous sur

* * * * * * *

vous aimez
WATMIL-the-MAG
vous allez adorer
WATMIL-the-BAND

  

x

* * * * * * *

 

 


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share |

Rencontre avec Kemar des No One Is Innocent pour la soirée « Vote on the Rocks ».

Watmil-the-Mag étant un webzine pop rock, nous ne pouvions passer à côté de « Vote on the Rocks », surtout avec les Présidentielles, qui approchent. Cependant nous ne faisons pas de politique, nous sommes juste des amoureux du Rock, qui véhiculons les paroles de Kemar, un artiste vraiment charmant.

Watmil-the-Mag : Comment vous ai venu cette idée de « Vote on the Rock » ?

Kemar : C'est venu en septembre 2011, où avec mon groupe (Ndlr No One Is Innocent) nous avions commencé notre tournée depuis février, donc environ 6 mois sur la route, et on a senti que la campagne présidentielle commençait, que les candidats se dessinaient, que les thèmes de campagne se créaient et on a senti que la jeunesse n'était pas du tout au cœur des débats. On a senti et ça c'est confirmé depuis que le gouvernement actuel n'avait alloué aucun budget pour inciter les jeunes à voter ce qui surréaliste pour nous. En fait, peut être que le gouvernement a peur des jeunes

Mais c'est aussi pour essayer de faire comprendre que les jeunes vont aller voter en masse. Faire comprendre aux politiques c'est plutôt une utopie mais on veut que ça se sache. Malgré notre événement modeste, on veut qu'il y est des exquises de messages comme quoi les jeunes vont aller voter. Et que ce n''est pas juste les jeunes en ont rien foutre. Nous on veut que ce soit une autre image qui soit véhiculée. Et puis pendant la tournée on a entendu des trucs du genre « tous les même, tous corrompus, gauche - droite, même combat » et nous on veut leur rappeler que non gauche et droite ce n'est pas pareil. Nous c'est ça qu'on a envie de dire.

W-t-M : Ca vous ai venu lors de concert cette idée, mais comment ?

K : Nous ne restons pas des heures dans notre loge, nous on sort et quand on entend « des droite-gauche tous les même, vais voter FN pour les faire chier, et si je ne votais pas, moi vais voter blanc » bein quand tu entends ça pendant des mois, certes pas tout le temps, tu dis y en a qui sont perdus. J'espère que cette fin de campagne dévoile que droite - gauche ce n'est pas la même chose. Nous, sans être révolutionnaires, c'était soit on incite les jeunes à se mettre sur les listes électorales, mais on n'était pas prêts à cette période-là, soit on faisait cet appel modeste pour dire aux jeunes voire moins jeunes, allez voter.

W-t-M : C'est une bien belle idée mais comment penser vous les faire voter ? Car ils semblent tout de même soit perdus soit blasés ?

K : C'est difficile comme réponse. C'est plus l'action qui est importante. Nous avons besoin des médias pour faire passer notre message. Nous ne sommes pas là pour vendre nos cds ou quoi nous sommes là pour un message. Tous les groupes qui seront là remplissent des Cigale, des Olympia, des Zénith, on a rien à vendre mais une idée à défendre. Après le résultat ne nous importe pas. On ne va pas être là à côté de chacun près des urnes. On ne sait pas si notre message est compris mais notre message est véhiculé via la musique et avant tout notre métier c'est de faire la musique et de donner du plaisir par cette musique. Après, quand à la fin de concert, on a des gens qui nous disent « continuez, on a besoin de gens comme vous. » On a besoin d'entendre des choses comme ça.
Par contre nous n'avons pas le monopole de la bonne parole et du bon message. Simplement on utilise la musique pour faire passer notre message. D'autre groupes chantent en anglais et véhiculent aussi de bonnes idées.

W-t-M : C'est un peu un moyen pour vous de faire passer vos idées politiques, non ?

K : Non c'est juste une action citoyenne come d'autre ; Nous on fait de la musique donc peut être plus facile de réunir des artistes le même soir pour faire un grand concert. Même si c'est difficile avec les plannings, les idées ?

W-t-M : Justement j'allais vous demander comment avez-vous trouver tous ces groupes ?

K : C'est moi qui ai pris mon téléphone et appeler les gens que je connaissais. Ce sont des personnes que je connais depuis longtemps. Je voulais que ce soit un événement rock car on a entendu des trucs du style « le rock n'a plus rien à dire, le rock se meure » j'ai voulu brancher des gens que je connais depuis longtemps et je savais qu'ils pouvaient rentrer dans l'idée de ce concert ...

W-t-M : Mais ça n'a pas été difficile de trouver une date en commun, avec les problèmes de planning, d'égos de chacun ?

K : Oui bien sûr ça a été difficile. Pour être franc, ceux avec qui ça a été difficile c'est les gros. Je vais taire leurs noms mais j'ai branché de très bons groupes français. Mais tu te rends compte, à un moment, que pour eux, ce n'est plus l'idée de base qui prime. C'est plutôt est ce que mon planning est en adéquation avec l'événement ? Est-ce que je suis en accord avec la sortie de mon prochain single ou album ? Est-ce que je suis en accord d'aller défendre un truc en guillemet citoyen politique. Voilà, on en est là, alors que l'idée c'est d'inciter les jeunes à voter et pas spécialement de s'engager.

W-t-M : Justement comment pensez-vous que la musique va leur donner envie de voter ?

K : C'est pas la musique qui va leur donner envie de voter ou alors faut s'appeler Springsteen , Marley ou alors prendre des risques, comme, on aime ou on aime pas, mais un mec comme Noah, qui lui est l'homme le plus populaire de France et qui continue de chanter pieds nus et de chanter avant un meeting de François Hollande, ça c'est prendre un risque ça n'a rien à voir avec un Benjamin Biolay qui est assis pendant le meeting de Hollande et qui repart, de suite après. Pour moi l'engagement politique c'est ça c'est l'action. Moi c'est ce qui m'a obsédé pendant la création de ce concert. Nous ce qu'on peut faire c'est insuffler aux jeunes voire aux moins jeunes de se bouger et je me répète Gauche - droite ce n'est pas la même chose. Le mec qui ne va pas éviter va créditer le président sortant. Après ils ne peuvent pas se plaindre.

W-t-M : Comment va se passer cette soirée ?

K : C'est la musique qui drive cette soirée. Le mot d'ordre c'est ce que j'ai dit aux groupes, chacun est libre pendant son concert de balancer un ptit mot mais début, milieu, fin de concert, c'est no discours. Voilà c'est la musique. On est là à la fois pour prendre du plaisir et pour se dire c'est quand même important de voter.
Chaque groupe aura 20-25 minutes chacun. Y aura bien évidemment quelques bœufs ou mix de groupes.

W-t-M : Vous pensez que cette soirée va marcher ?

K : Bein on espère. C'est important que cette soirée soit une réussite. Au-delà du fait qu'il y est des gens qui ai payé 22€ pour voir tous ces groupes, ce qui est plutôt cool.
J'ai bataillé pour que les places ne soient pas chères parce que je voulais que les techniciens, régisseurs, gens qui préparent la nourriture et qui préparent les loges soient payés. Ok les groupes viennent gratos mais y a 50 personnes dans la soirée donc ça engendre des frais. Heureusement, les gens de la Cigale sont hyper compréhensifs, que nous sommes aidés financièrement par la mairie de Paris.

Propos recueillis par Anne J.

(0) sujets   

 
Ajouter un sujet : (* Champ obligatoire)
Titre (*): Nom / Pseudo(*):E-mail:

Partagez vos documents:


 

 

Ce site est dédié aux amoureux du bon vieux Rock !

Et pour tous ceux / celles qui ont vu « Good Morning England »,

tous en chœur :

ROCK & ROLL  ! ! !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mentions légales et conditions générales d'utilisation | Contactez-nous

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Création de Sites Internet