rejoignez-nous sur

* * * * * * *

vous aimez
WATMIL-the-MAG
vous allez adorer
WATMIL-the-BAND

  

x

* * * * * * *

 

 


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share |

Sandie TRASH - Outrageous Brune

 

Tout comme Blondie désignait un groupe et non sa chanteuse, Sandie TRASH est un couple. Lui, Dominique Maud, aux instruments les plus divers (et d'été), elle - que nous nommerons Sandie car elle ne souhaite pas dévoiler qu'elle s'appelle Lara Croft - au chant, soupirs, cris d'orgasme, chuchotements, vitupérations, comptines enfantines et éclats de rire.

Au jeu du duo-couple, les références sont nombreuses, mais sache qu'on est ici plus proche des Rita Mitsouko que de Stone & Charden ! Ça m'évoque immédiatement un autre couple (électro)choc : les fous furieux de Kas Product de Nancy qui publièrent deux albums explosifs en 1982 et 83, à la différence qu'ici Dominique chante sur la plupart des titres. Bel invité sur Strip : Kent dont la voix semble bien plus douce que celle de "monsieur" Sandie !


Bonne surprise, contrairement à ce que pouvait présager le terme "trash", la qualité sonore est remarquable et nullement "cradingue", c'est très touffu mais mis en place avec une précision chirurgicale. Les textes de ce comic-strip minimaliste sont un peu provoc, gentiment lubriques, ouvertement sexués, et les titres donnent immédiatement le ton : This is not a love song !
Mais en plus des références duos précités (auquels on peut selon son humeur ajouter Niagara, The Kills, Goldfrapp ou Jad Wio), la principale influence est bien notre Gainsbarre national, tant sur le fond que sur la forme ! Vice et sexe sur rythmique infernale, nappes oniriques et arrangements novateurs, il aurait parfaitement pu pondre lui-même ce genre d'Ovni, s'il était toujours là. Bien sûr, il y a cette reprise destructurée de Jane B dès l'ouverture et un peu d'échantillon de Initials BB sur Sandie Trash ("une fille sauvage, telle une apache"), mais on retrouve le beau Serge en filigrane un peu partout dans cette petite bombe. A commencer par le contraste entre le talk-over de l'un et les envolées vocales de l'autre...
Seconde reprise épatante, Fière De Ne Rien Faire des météoriques Olivensteins, groupe punk de Rouen dont ce fut le seul single en 1978.


Titres courts et ensemble ramassé (36 minutes pour 12 plages) font de ce brillant cocktail électro / riffs de guitares / samplings adroitement choisis (dont Ennio Morricone et les B-52s sur le seul Chainsaw Lily) l'un des disques les plus détonnants du trimestre. Je m'en régale et ne peux réprimer un sourire narquois à l'idée qu'une bonne partie de notre lectorat adorerait détester ce genre de truc qui, finalement, anihile les codes et les barrières, et ne ressemble à rien de connu. C'est bien là toute sa valeur...

Mention spéciale enfin à La Ramos, responsable du conditionnement (packaging, in french) du joli digipack... auquel il manque néanmoins un livret-textes, ceux-ci étant parfois recouverts par le son. Malgré cette réserve : premier essai, coup de maître !

Robin RIGAUT - Juin 2010 (© VINYL 75)

                                                                                         retour haut de page

(0) sujets   

 
Ajouter un sujet : (* Champ obligatoire)
Titre (*): Nom / Pseudo(*):E-mail:

Partagez vos documents:

 

 

Mentions légales et conditions générales d'utilisation | Contactez-nous

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Création de Sites Internet